1/11

Parfois, j'ai la nostalgie pour les moments où je vivais dans mon pays natal. Mon nouveau chez moi sur cette nouvelle terre est devenu un terrain de jeu sûr où je côtoie le temps. C'est une expérience bien étrange mais rassurante que de s'asseoir et regarder par la fenêtre, parler à la nature, écouter les chants d'oiseaux ou découvrir la lenteur du soleil d'hiver.

Dans ce milieu rutal, j'oscille entre sérénité et confusion. C'est un espace de paix où je me sens à l'aise avec ma vie, même si je dois m'habituer à un environnement en perpétuel changement.

En fin de compte, la maison est un lieu de joie et de calme où se mêlent le chaos et le confort, où le passé devient abstrait et le présent réel. Ce «sentiment d'être chez moi», je ne l'aurais pas autrement.